1001 façons d'agir pour les français !

Il y a 1001 façons d’agir pour les Français ! Pour la deuxième année consécutive, Recherches et Solidarités et Pro Bono Lab, avec le soutien de la Fondation EDF, s'associent pour publier la 12ème édition de l’étude « La France Bénévole », une étude de référence sur le bénévolat, afin de mieux comprendre pourquoi et comment on s’engage. Plus de 3000 personnes ont répondu à l’enquête : les principaux résultats pourront bientôt être retrouvés dans une infographie.

Passer à la suite

Cette année, l’étude sera mise à l’honneur lors de la cérémonie de remise des Trophées des associations de la Fondation EDF, le 10 juin à l’Institut du Monde Arabe. Les Trophées récompensent 32 associations qui œuvrent en faveur des jeunes dans le domaine de la solidarité (accès à la culture, lutte contre la précarité, santé et prévention des comportements à risque, lutte contre les discriminations, éducation à l’environnement). La cérémonie sera l’occasion pour Recherche et Solidarités et Pro Bono Lab de présenter les résultats de « La France Bénévole 2015 », riche d’enseignements pour les associations lauréates !

En 2014, l’étude « La France Bénévole » avait mis en lumière le fait que les bénévoles sont de plus en plus nombreux, mais qu’ils s’engagent plus ponctuellement, de manière un peu moins régulière. En outre, les trois quarts des bénévoles interrogés attendaient plus de satisfaction personnelle : s’épanouir à travers leur engagement leur tient particulièrement à cœur, en plus de l’intérêt pour le projet associatif et pour la satisfaction des bénéficiaires. L’étude montrait que les bénévoles étaient plus exigeants qu’auparavant, mais aussi plus satisfaits pour 68% d’entre eux.

Pour cette édition 2015, Recherches et Solidarités et Pro Bono Lab ont souhaité élargir l’approche à de nouveaux publics : alors que l’étude a porté pendant 11 ans sur le bénévolat associatif, cette édition a intégré des personnes qui ne sont pas bénévoles, mais qui ont un lien avec une association, en qualité de donateur ou d’adhérent. De même, un travail sur le sens et le poids des mots a été effectué, afin d’identifier, par exemple, ceux qui s’engagent, mais ne se reconnaissent pas forcément dans le terme de « bénévole ». L’objectif est ainsi de produire une étude en cohérence avec les mutations du secteur associatif et de la société en général, et de détecter des marges de progression pour les associations.

Les premiers résultats montrent que les personnes ayant un lien avec les associations affichent une plus grande confiance et un plus grand enthousiasme que l’ensemble des Français. De plus, environ 90% d’entre elles déclarent avoir envie d’agir pour tenter de changer un peu les choses. En revanche, certaines catégories de la population, notamment les personnes de formation modeste, adhèrent moins aux associations, ce qui prive ces dernières d’un grand potentiel.

Vous souhaitez en savoir plus ? Les résultats détaillés de cette enquête seront bientôt disponibles. Rendez-vous le 11 juin !