Catherine Fraissenon - Marraine de Singa

Catherine Fraissenon est chef de projet à la DRH du Groupe EDF. Elle accompagne en tant que marraine le projet CALM porté par SINGA et accompagné par la Fondation Groupe EDF.

L'accueil d'un réfugié chez soi est avant tout une démarche familiale. Tous les membres de la famille étaient enthousiastes à cette idée. Mais ce n'est pas si simple de trouver la structure qui convienne ; il nous a fallu un mois. C'est un article dans la presse qui nous a orienté vers SINGA. Il a ensuite fallu six mois pour avoir une proposition.

Scroll down

Témoignage

Très vite, nous avons contacté l'étudiant syrien que l'on nous proposait d'accueillir. Il était étudiant en droit dans une petite ville tranquille qui aujourd'hui résonne avec des bombes et des massacres : Homs. Nous avons bu un café avec lui dans un « lieu neutre » et l'avons immédiatement invité à déjeuner. Cela permettait de lui présenter toute la famille et de lui montrer l'ambiance dans laquelle il allait vivre. Nous avons échangé avec lui sur les modalités d'accueil, les règles de la maison. Singa nous avait transmis une sorte de contrat que l'on a adapté à nos règles. Chez nous, on contribue aux tâches de la maison, on prévient si on est absent, on ferme la maison à clé en la quittant et on éteint les lumières ! La maison n'est pas un hôtel mais un lieu de vie. Une semaine après notre première rencontre, notre étudiant vivait avec nous. Il s'est très vite adapté à la vie familiale : sorties au cinéma, repas du week-end avec des amis, footing le dimanche matin, week-ends au vert !

Témoignage

Notre entourage a aussi facilité les liens et fait preuve d'une grande solidarité : des amis lui donnent des cours de français en plus de ceux qu'il prend à la fac, il joue au football le dimanche matin avec l'équipe du coin, le coiffeur le coiffe gratuitement, les collègues offrent des vêtements, des chaussures.  Cette solidarité va jusqu'à la recherche d'un emploi : son CV circule auprès de notre réseau et les premières propositions de jobs d'été arrivent. Il a ses papiers, son français n'est pas parfait mais sa volonté de bien faire et de progresser est énorme (même si elle n'est pas toujours exprimée).

Nous échangeons énormément. Nous dînons tous les soirs avec lui et nous parlons beaucoup de politique, de religion, d'avenir. Ce n'est toujours pas évident pour lui de savoir ce qu'il va faire ensuite. Nous avons découvert que Singa travaillait avec une école qui forme les réfugiés au digital, le programme « Refugeek » et nous réfléchissons avec lui sur la faisabilité de ce cursus court et opérationnel.

Il apprend l'humour, il s'ouvre plus facilement, il parle d'avenir et ne revient pas sur le passé. Il va de l'avant et c'est une vraie leçon de vie. Sa venue à la maison est un cadeau. Cela fait près de six mois qu'il vit chez nous et nous appréhendons son départ. En tout cas, il semble être heureux à la maison, la réciproque est vraie et ce bonheur rejaillit. Cette expérience, nous la souhaitons à tous les volontaires. Nous avons beaucoup de chance d'avoir vécu cette aventure et les liens que nous avons tissés avec lui sont précieux.

Du 22 août jusqu'au 3 octobre 2016,
inscrivez-vous aux trophées des associations

La Fondation EDF remet 32 trophées d'un montant
de 400 000 euros aux petites et moyennes associations qui oeuvrent en faveur des jeunes et qui portent des projets dans trois domaines : citoyenneté et éducation, santé et prévention des comportements à risques, solidarités numériques.

S’inscrire
Close