Combien coûte la maladie d'Alzheimer en France ?

En ce 21 septembre, journée mondiale contre la maladie d'Alzheimer, la Fondation Médéric Alzheimer, publie les résultats d’une étude qui évalue les coûts de la maladie d’Alzheimer. 19,3 milliards d’euros par an : tel est le montant des coûts médicaux, paramédicaux et de l’estimation de l’aide informelle apportée aux personnes malades.

Passer à la suite

Les coûts médicaux et paramédicaux s’élèvent à 5,3 milliards d’euros/an
Ces coûts correspondent à l’établissement du diagnostic, aux soins des personnes malades à leur domicile, à leur prise en charge en établissements de santé. Ils sont répartis ainsi :
- hospitalisation en médecine et chirurgie : 53 %
- soins paramédicaux libéraux en ville : infirmiers, orthophonistes, ergothérapeutes, psychologues, masseurs-kinésithérapeutes… : 27 %
- médicaments « anti-Alzheimer » : 13 %
- établissement du diagnostic (en libéral et en hospitalier) : 6 %.
Le poste le plus important est représenté par les hospitalisations, non pas pour la prise en charge directe de la maladie d’Alzheimer (diagnostic, traitement), mais pour ses complications (chûtes, troubles du comportement, malnutrition, dépression…).

L’aide informelle est estimée à 14 milliards d’euros par an, en moyenne.
L’aide informelle est l’aide prodiguée par une personne de l’entourage de la personne malade telles que les soins d’hygiène corporelle, l’aide à l’habillage, à la marche, l’aide pour le ménage, la gestion du budget. Il faudrait ajouter à ces montants les coûts médico-sociaux (accueil de jour, MAIA, ESA, hébergement en EHPAD, APA…) qui sont bien supérieurs aux 9 milliards d’euros estimés en 2004 par l’OPEPS, car de nouveaux dispositifs ont été mis en place suite aux plans Alzheimer. Une étude économique spécifique de ces coûts reste à réaliser.
Rappelons qu’en France, plus de 850 000 personnes sont atteintes de la maladie d’Alzheimer qui reste encore aujourd’hui incurable. Les conséquences de cette maladie sur la personne elle-même comme pour ses proches, sont multiples (familiales, médicales, sociales, économiques, juridiques, éthiques…) et nécessite une prise en charge et un accompagnement global et pluridisciplinaires coordonnés.

La Fondation EDF est engagée aux côtés de la Fondation Médéric Alzheimer

La Fondation EDF a accompagné la Fondation Médéric Alzheimer pour 3 projets :

Parcours des 7 vents, EHPAD les 7 sources du Centre hospitalier de Bagnols sur Cèze (30) :

L’EHPAD les 7 sources a développé, dans le cadre de sa politique globale d’aménagement de l’établissement, une démarche ambitieuse concernant les espaces extérieurs qui entourent l’ensemble des bâtiments. Il s’est engagé à en faire de véritables jardins support à la vie sociale et à l’ouverture sur la ville. Parmi les 3 jardins, le « parcours des 7 vents » est une adaptation de ce qu’est un « parcours santé ». Au-delà de la dimension sportive ou physique, il s’agit de promouvoir le bien-être, le plaisir, le repos et le partage tant pour les résidents, que pour les familles et les professionnels. Le parcours d’environ 400 mètres, est jalonné de 7 qui sont reliées par un fil d’Ariane sous la forme d’un poème (les strophes seront déclinées tout au long du parcours  sur de grands panneaux de bois pyrogravés). L’enceinte est matérialisée par une clôture qui permet de maintenir une connexion visuelle avec les habitants du quartier.

Accueil de jour itinérant, Association Soin et Santé dans les environs de Limoges (87) :

En 2011, l’association Soin et Santé a développé un programme dédié aux malades vivant à domicile avec pour objectifs d’améliorer la qualité de vie du couple aidant/aidé, de préserver l’autonomie de chacun et de faciliter l’adhésion aux traitements. Le programme « Envis-aj »  se déroule sur une durée limitée (9 séances-rencontres sur une durée de 18 mois environ). Il s’inscrit dans le parcours de soins de la personne malade, c'est-à-dire en complément de toute autre prise en charge et suivis habituels. Un premier groupe a réuni 9 couples – personnes malades âgés de 51 à 65 ans et aidants. Les personnes malades et les proches ont bénéficié de temps séparé (séance de relaxation pour les uns et groupe de parole pour les autres…) et de temps commun. Les séances ont  consisté en des sorties culturelles communes et des week-ends de « vacances répit ». Ce programme va se développé dans l’accueil de jour itinérant afin de couvrir des zones exclues  de tels dispositifs et d’ouvrir aux couples aidants/aidés une offre de répit de proximité

 Centre de ressources , Association AMADiem, Crolles (38).

Le projet phare d’AMADIEM consiste en l’ouverture d’une maison d’accueil et d’hébergement pour les personnes atteintes de maladie d’Alzheimer ou apparentées de moins de 65 ans. Cette structure pilote accueillera 30 personnes malades en deux maisons de 15 places. Le chantier a démarré, les travaux devraient être livrés fin 2015 pour une ouverture officielle début 2016.

En amont de l’ouverture de ces maisons et en complément de celles-ci, AMADIEM a développé un centre de ressources pour les malades jeunes et leurs proches. Le centre propose  une soutien, qui, à l’échelle locale, centre son action sur la constitution d’une « communauté » de malades jeunes et de leurs proches ainsi que d’un groupe de bénévoles qui interviennent à leurs côtés. Cette activité de soutien est complétée par une aide à distance (téléphone, Internet, etc.) Grâce au volet « formation », les bénévoles, les familles, ainsi que des professionnels sont formés à la philosophie d’accompagnement que promeut AMADiem. Cette philosophie privilégie la stimulation des capacités restantes de la personne malade, afin de l’aider ainsi que ses proches à vivre le mieux possible avec et malgré la maladie.

 

Pour en savoir plus : www.fondation-mederic-alzheimer.org