La Fondation EDF engagée dans la lutte contre le cancer

En ce 4 février, Journée mondiale contre le cancer, la Fondation vous propose de découvrir deux projets de recherche médicale qu'elle soutient et qui dans les prochaines années amélioreront les traitements des cancers métastasés.

Passer à la suite

L'électricité pour détruire les cellules cancéreuses

Il est aujourd’hui possible de lutter contre le cancer par l’utilisation de l'électricité. C’est l’électrochimiothérapie. Son principe : sous des impulsions électriques, les cellules cancéreuses s’ouvrent et permettent le passage au coeur de la cellule d’un médicament anticancéreux - la bléomycine - qui n’agira ainsi que sur les cellules malades et elles seules, ne provoquant donc plus les effets secondaires des chimiothérapies. Ce traitement, aujourd’hui local, sûr et efficace contre les tumeurs cancéreuses est déjà utilisé dans 120 centres de traitement du cancer en Europe et pris en charge par l’Assurance maladie de 7 pays. Certaines chimiothérapies divent aussi leur efficacité au fait qu’elles provoquent une mort « en cascade » des cellules tumorales et cette mort dite « immunogène » stimule le système immunitaire. Ce dernier participe alors à son tour à la destruction de la tumeur : cette récente découverte constitue la voie de l’immunothérapie.

L'électricité pour détruire les cellules cancéreuses

Le CNRS et l’Institut Gustave Roussy travaillent à combiner l'électrochimiothérapie et l’immunothérapie afin de passer d’un traitement local à un traitement systémique, capable d’agir sur des métastases détectables ou non. L’électrochimiothérapie étant elle-même immunogène ! À la différence de l’utilisation locale actuelle, c’est l'ensemble des tumeurs cancéreuses présentes dans le corps qui seraient traitées. Une extraordinaire avancée en perspective !

Le programme SHIVA de l'Institut Curie, lui, développe aussi une démarche innovante pour le traitement du cancer. Son programme Shiva soigne le cancer en fonction de la nature de la tumeur et non de l’organe touché. Première mondiale, elle propose au patient un traitement, ciblé et adapté au profil biologique de sa tumeur, minimisant les effets secondaires des chimiothérapies en n’atteignant pas, là aussi, les cellules saines.