Inclusion

Zoom sur l’inclusion à l’international

Que fait le Pôle Solidarité Internationale de la Fondation ? Comment œuvre-t-il pour l’intérêt général auprès des populations ? Rencontre avec Ingrid Ruyant, responsable des Opérations, à son retour de mission au Sénégal.

Quelle est l’activité du pôle Solidarité internationale à la Fondation ?

Nous accompagnons des associations françaises qui développent des projets à l’international dans les domaines de l’environnement, de l’éducation et de l’inclusion. La spécificité de la Fondation, c’est qu’en plus d’un soutien financier, nous mettons à disposition les compétences de nos salariés pour accompagner les associations sur la partie accès à l’énergie et à l’eau. Ce sont plus de 210 salariés volontaires du Groupe EDF qui peuvent partir en mission de solidarité pour aider les associations à réaliser concrètement leurs projets : électrification photovoltaïque de bâtiments communautaires (écoles, centres de santé, zone d’activités économiques…), installation de pompages solaires pour l’eau potable ou le maraîchage, formations aux métiers en lien avec l’électricité, etc.

Comment s’organise une mission ?

Avant de partir en mission dans un pays, c’est 3 à 4 mois de préparation : analyse des sollicitations, identification des projets des associations, préparation du planning des rencontres avec les associations locales et les entreprises locales qui peuvent réaliser les projets. Il faut également constituer une équipe de volontaires en équilibrant les expertises. Généralement, au moins deux salariés vont prêter main forte sur chaque mission.

Nous avons deux types de missions : d’une part les missions d’instruction, en phase amont des projets, pendant lesquelles nous nous assurons de la solidité du projet (adéquation aux besoins des populations, capacité de pérennisation, etc.) et nous réalisons l’étude technique ; d’autre part les missions de réalisation, pour la mise en œuvre concrète des projets, où notre plus-value consiste à coordonner les intervenants, à contrôler les travaux et à former les responsables.

      Qui est l’équipe Solidarité internationale de la Fondation groupe EDF ?

                       – Denis Bouchard, responsable du mécénat à l’international

                       – Ingrid Ruyant, responsable des opérations pour le mécénat à l’international

                       – Robert Capozzella, Chef de projets internationaux

                       – Christine Filipe, Animation des volontaires pour l’international

Ta dernière mission était au Sénégal, raconte-nous … ?

Je suis partie en décembre dernier avec 2 volontaires, pour leur première mission. Nous y avons fait l’instruction de plusieurs nouveaux projets, des réceptions de chantiers pilotés à distance pendant la crise sanitaire et du sourcing d’entreprises prestataires. Nous avons également profité de l’occasion pour rendre visite à deux salariés volontaires en mission pour l’association Village Pilote au Lac Rose, pour électrifier un centre d’hébergement et de formation pour des jeunes enfants des rues.

Grâce à ce que nous avons vu sur place au cours des instructions, nous avons pu retenir 4 projets à présenter dans les instances de validation de la Fondation.

Le travail préparatoire d’analyse de la faisabilité est précieux ; c’est une des grandes valeurs ajoutées de notre manière de travailler à la Fondation. Avant de soutenir un projet, nous allons sur le terrain voir s’il sera viable et pérenne. Nous vérifions les équipements déjà existants, nous aidons les associations à faire des projections sur le financement et le développement de leurs projets à moyen- long terme, et sur leur capacité, une fois le projet terminé, à gérer en local le remplacement et la maintenance des équipements électriques.

Après validation nous organisons, avec les associations, les missions de réalisation de ces projets.

Instruction d’un projet d’agro écologie au Sénégal
Instruction d’un projet d’agro écologie au Sénégal

Une anecdote à partager ?

Ce sont les incroyables rencontres que je fais en mission. Je pense notamment à un médecin sénégalais qui a fait ses études à Dakar, mais qui a décidé de venir exercer dans un hôpital de brousse pour amener une médecine de qualité à des populations rurales habituellement très isolées. Il fait une croix sur son confort, sur ses revenus, pour se dédier à l’amélioration de l’hygiène et de la santé dans des zones où le taux de mortalité est très élevé. Je l’ai rencontré en 2018 pour un projet d’électrification du centre médical qu’il dirige (association le Kaïcedrat) et nous sommes en contact chaque année car nous réalisons des pompages solaires dans la zone avec l’association Eau Claire, et il est là aussi d’un grand soutien.

J’en rencontré beaucoup d’autres, qui comme lui, ont de belles idées et beaucoup d’énergie pour améliorer la situation dans leur pays !

Voir l'article précédent :
Non classé
Janvier 2022 – Soutien à deux nouveaux projets dédiés à l’éducation et l’inclusion en France
Voir l'article suivant :
Non classé
La Fondation Groupe EDF active sa procédure d’urgence pour l’Ukraine

Restez informé des actualités de la Fondation groupe EDF