IA et big data pour cerner la douleur

La douleur chronique touche environ 1,5 milliard de personnes dans le monde ! Pourtant, la recherche médicale classique ne s’y intéresse que rarement et la douleur reste une des grandes oubliées de la médecine. C’est pour combler ce manque que le CHU de Clermont-Ferrand a créé l’Institut Analgésia, la première fondation de recherche dédiée entièrement à l’innovation contre la douleur. La Fondation Groupe EDF, à travers son soutien financier et la R&D d’EDF, à travers ses compétences, ont uni leurs forces pour aider l’Institut à vaincre la douleur.

Analgesia

La douleur dans le viseur

Quoique rarement évoquée, la douleur chronique est un enjeu de santé publique. Elle touche près d’un adulte sur cinq dans le monde. Pendant plusieurs décennies, les médicaments étaient la seule solution proposée par les médecins, mais cela a ses limites et, dans la pratique, ne permet pas de soulager tous les patients.

L’Institut Analgésia, un pôle unique en Europe de recherche dédié exclusivement à la douleur, part d’un double constat : les causes de la douleur sont multiples et tout le monde n’a pas la même perception de la douleur ni les mêmes mots pour l’exprimer. Les chercheurs ont donc imaginé un projet de e-santé dédié au suivi en vie réelle des patients souffrant de douleur chronique. Les patients volontaires seront réunis au sein d’une e-cohorte et seront équipés d’une application mobile capable de recueillir leurs symptômes objectifs et subjectifs.

douleurs chroniques

Application E-DOL pour suivre et accompagner durablement les personnes souffrant de douleurs chroniques (Crédits : Walacom) : 

Visualisez ici la vidéo

 

IA et big data au service de l’intérêt général

Mais, Analgesia ne dispose pas de toutes les compétences requises pour analyser la somme de données qui sera ainsi recueillie. Aussi, lorsque l’Institut a sollicité la Fondation Groupe EDF, cette dernière l’a orienté vers la R&D d’EDF.

« Le mécénat de compétences est un partenariat entre la Fondation Groupe EDF et la R&D d’EDF » précise Jean-Paul Chabard, directeur scientifique de la R&D. « L’objectif est de mettre à disposition du temps de chercheur sur des projets d’intérêt général ».

Mais pourquoi la R&D d’EDF s’implique-t-elle dans l’e-santé ? Le succès d’un projet comme celui de l’Institut Analgésia repose sur la capacité des chercheurs à traiter intelligemment une quantité massive de données. Quantité d’autant plus élevée que le projet ambitionne à terme d’inclure dans sa e-cohorte plus de 500 000 patients ! Cela fait beaucoup de données !

Or, « le traitement des données massives – le big data – est un domaine sur lequel nous travaillons depuis longtemps, que ce soit pour les process industriels associés à nos moyens de production ou dans notre relation avec les clients. » explique Jean-Paul Chabard. « Analgésia était très demandeur que des experts de la R&D, qui ont déjà développé une expertise dans le domaine du Big Data, puissent les appuyer ».

La douleur chronique

L’énergie des chercheurs de la R&D d’EDF

Pour autant, l’appui de la R&D ne se limite pas au traitement des données. « La R&D EDF a pour caractéristique de travailler pour tous les métiers du Groupe. Ceci nous amène à avoir une panoplie de compétences extrêmement vastes ». Les projets énergétiques ont souvent une dimension sociale très importante et la R&D dispose d’une équipe de sociologues qui pourront également aider l’Institut à rédiger les questionnaires qui seront fournis aux patients.

L’institut Analgésia pourra ainsi compter sur les compétences plurielles et l’énergie des chercheurs d’EDF R&D et de la Fondation Groupe EDF engagés dans la lutte contre la douleur.