Grotte Chauvet-Pont d'Arc : 1ers résultats de l'étude numérique d'une scénographie pariétale

Découvrez les premiers résultats de l'étude numérique réalisée dans le cadre du mécénat de compétences scientifiques et technologiques mené entre la Fondation Groupe EDF, EDF R&D, le CNRS et le Ministère de la Culture. Cette démarche a permis d’identifier de possibles mises en scène des entités graphiques (peintures, gravures) les unes par rapport aux autres…

Grotte Chauvet-Pont d'Arc 1ers résultats de l'étude numérique

La grotte Chauvet-Pont d'Arc bénéficie depuis 2015 d’un mécénat de compétences scientifiques et technologiques mené dans le cadre d’une convention entre la Fondation Groupe EDF, EDF Recherche et Développement, le CNRS (Edytem/Chambéry et ISIR/Paris), le Ministère de la Culture. Ce mécénat consiste à mettre à la disposition des chercheurs et des conservateurs de musées, l'expertise et le savoir-faire des ingénieurs d'EDF pour aider à la compréhension et à la conservation du patrimoine.

Dans le cas de la grotte Chauvet-Pont d'Arc, dont un modèle numérique en 3D a été réalisé grâce aux travaux du Ministère de la Culture et du CNRS, il s'est agi d’élaborer une méthode permettant de localiser les endroits où les œuvres pouvaient être vues par un observateur muni d'une torche. Cette démarche a permis d’identifier de possibles mises en scène des entités graphiques (peintures, gravures) les unes par rapport aux autres. La grotte Chauvet est en effet caractérisée par les plus anciennes œuvres pariétales jamais découvertes (réalisées il y a 36 000 ans) et par la richesse des représentations inhabituelles (lions, rhinocéros, ours, mammouths, mégacéros, etc.). Les ingénieurs se sont appuyés sur les technologies de réalité virtuelle mises en œuvre par EDF dans le cadre des chantiers liés à la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires. Ces travaux, appelés "Grand Carénage", impliquent des milliers d’opérations de maintenance. Pour les optimiser, EDF a développé un logiciel, VVProPrépa, qui fournit aux intervenants des moyens virtuels d’accès visuels aux installations. Ils peuvent de cette manière affiner, grâce au numérique, la préparation de leurs interventions.

Ces méthodes numériques de simulation et d’analyse, mises à disposition du projet TIPTOP (Traitement des Informations Perceptives et Topographiques appliqué aux Oeuvres Pariétales, cas de la grotte Chauvet – Pont d’Arc) sont applicables à différents environnements complexes, notamment à la Grotte Chauvet-Pont d'Arc par l’intermédiaire de son modèle numérique.