Pascal Galois pilote de contrats, EDF direction des services informatique et télécoms

Pascal Galois est salarié de la DSP à Nanterre et responsable de l’antenne Ile-de-France de l’association.

Il nous raconte les raisons pour lesquelles il a décidé de « courir utile » pour ces jeunes et pourquoi vous pourriez bien avoir envie de le rejoindre… 

Pascal Galois

Née de la volonté d’une bande de copains épris de course à pied, l’association « Dunes d’espoir » a pour vocation de faire partager cette passion aux jeunes porteurs d’un handicap physique. L’objectif : contribuer à leur insertion dans la vie sociale en effaçant les frontières que trace trop souvent la différence.

Il y a deux ans vous présentiez votre projet solidaire au jury de l’appel à projets interne de la Fondation, aujourd’hui « GHOOD ». Quel était votre projet ?

C’était un projet pour « Dunes d’espoir », une association au sein de laquelle je suis bénévole et qui organise la participation d’enfants et d’adolescents en situation de handicap à des courses à pieds comme Paris-Versailles, les 20 kms de Paris ou même des marathons. Mais il faut pour ce faire des joëlettes sans lesquelles les enfants ne peuvent participer. Nous avions besoin d’une aide pour financer l’achat de nouvelles joëlettes et par-là-même étendre notre parc pour participer à plus de courses, ce que nous avons pu faire grâce au don de 12 000 € de la Fondation.

Comment avez-vous découvert Dunes d’espoir ?

Je fais de la course à pieds depuis longtemps et c’est sur une course à laquelle je participais que j’ai découvert l’asso. Un groupe de coureurs solidaires autour d’un enfant handicapé sur une joëlette, ça attire l’œil ! Puis j’ai vu la joie, l’émotion, l’énergie qui se dégageaient du groupe et j’ai eu envie de les rejoindre.
Le lien s’est donc tissé simplement et rapidement avec l’association…
Je dois dire que je me suis tout de même poser quelques questions. A commencer par « est-ce que les enfants aiment vraiment ça ? » car ils sont chahutés, secoués, parfois dans le froid lors des courses. Et « est-ce que ça leur apporte vraiment ? ». J’ai été rassuré sur ce point par la présidente de l’époque qui m’a très vite proposé de tester. Je me souviens de ma première course avec eux, c’était à Meudon. J’y ai découvert le super état d’esprit du groupe et une autre façon de courir car il s’agit là de constituer une équipe. Une façon de courir très enrichissante pour tous. On part ensemble, on arrive ensemble, et le temps importe bien moins que les sourires des enfants. La bonne humeur, les échanges entre jeunes et coureurs font de chaque course un moment inoubliable, où tous les tabous sont brisés. Puis c’est joyeux : on crie, on blague, on chante… On fait la fête !

 Cela va faire 10 ans que vous êtes engagé aux côtés de l’association. On imagine qu’au-delà de la convivialité, vous devez être motivé par la cause et ces enfants touchés par le handicap…

J’ai la chance que personne dans ma famille ne soit touché par cela. Je ne suis donc pas directement concerné par le handicap. Mais bien sûr, la cause est importante. En fait, j’ai commencé par « courir utile » en monétisant mes courses dans le cadre d’événements comme le Téléthon par exemple. Mais la dimension solidaire n’était pas suffisamment palpable. Pas directement tout du moins. Je voulais courir utile et mesurer tout de suite le résultat de mon action. Avec Dunes d’espoir, nos efforts sont tout de suite récompensés par les sourires des enfants, par leurs retours aussi lorsqu’ils essayent pour la première fois : « c’est trop bien la joëlette, c’est marrant ! » entendons-nous souvent. Et faire sourire un enfant, il n’y a rien de plus beau. Sur les courses, ce sont les stars. On les appelle symboliquement les « pilotes ». D’autant qu’ils aiment beaucoup la vitesse ! Les parents sont également très reconnaissants. Leurs témoignages sont très encourageants pour l’association et cela nous incite à continuer notre action. En 2018, nous allons développer le projet "Joêlons pour le téléthon". Nous allons associer des personnes handicapées et des personnes valides pour collecter des fonds pour le téléthon lors de courses en joelettes.