Nous avons forcément quelque chose à faire ensemble

L’engagement est dans l’ADN du groupe EDF. À travers sa Fondation, EDF encourage ses collaborateurs à se mobiliser auprès d’associations ou à mettre à disposition leurs compétences au service de tous.

Comment s’engager ?

Chaque engagement est précieux, quelle que soit sa forme. Découvrez les modes d’action les plus adaptés à vos compétences et à vos disponibilités. Trouvez l’offre idéale pour vous ou votre équipe.

Les portraits de nos salariés engagés

Tihnga en mission au Cameroun
S’engager à l’international : Rencontre avec Tihnga parti en mission de mécénat de compétences au Cameroun
En septembre 2021, Tihnga, s’est rendu au Cameroun pour une mission d’instruction : définir les centres de santé à électrifier en priorité.

En septembre 2021, Tihnga, salarié du groupe EDF à la Direction des Services Support d’ENEDIS à Lyon, s’est rendu au Cameroun pour une mission d’instruction : définir les centres de santé à électrifier en priorité. Retour sur une expérience exceptionnelle.

 

S’engager pour une cause qui résonne en soi

Un mécénat de compétences à l’international ? L’idée a germé en novembre 2020 dans la tête de Tihnga. Salarié d’ENEDIS à Lyon, il découvre un post LinkedIn d’Ingrid Ruyant, cheffe de projet au sein de la Fondation groupe EDF.

« Tout naturellement, je like la publication, comme je le fais habituellement pour les posts que je trouve intéressants à partager, nous raconte Tihnga. Mais là, c’est différent : je décide de contacter Ingrid, car je veux m’impliquer dans une cause qui résonne en moi, qui a du sens ! »

Après des échanges et une formation dédiée aux volontaires, la Fondation lui propose une mission au Cameroun pour la rentrée. « Sans hésiter, je fonce !  Revenir dans mon pays natal pour apporter quelque chose de positif, c’est le sens de mon action ! » Le 17 septembre 2021, Tihnga s’envole pour le Cameroun avec Ingrid et Rodolphe, un autre salarié du Groupe : « Là, je comprends que je vais vivre une expérience personnelle et professionnelle inoubliable ».

S’engager pour que tous aient accès aux soins

La mission de Tihnga, l’une des nombreuses que propose la Fondation groupe EDF aux salariés d’EDF , a pour but de mettre à profit ses compétences pour électrifier plusieurs centres de santé camerounais. Plus des trois quarts de la population vivant en zone rurale n’ont pas accès à l’électricité (Source : La Banque Mondiale, 2020), ce qui engendre une problématique d’accès au soin, s ans parler des difficultés du personnel médical. « Les infirmiers, infirmières et médecins accueillent aujourd’hui les patients avec des lampes à pétrole ou avec l’éclairage de leur téléphone portable », explique Tihnga.

Sur place, il rencontre  l’équipe médicale et  la population locale, et étudie la viabilité du projet. « Notre objectif était  de sélectionner parmi les centres de santé visités, 6 d’entre eux. La tâche n’était  pas simple, car comme vous pouvez l’imaginer, tous avaient  un besoin d’électrification. Quoi qu’il en soit, le projet bénéficiera à  de 15 000 personnes. »

 Une expérience professionnelle et humaine enrichissante

« Au bout de 10 jours de mission, je suis revenu  en France avec une forte envie de retourner en mission pour participer à l’installation d’une centrale solaire. » Aujourd’hui, Tihnga continue sa mission en faisant les études nécessaires à la mise en place des installations électriques d’un centre de santé à Afanloum. Il s’est d’ailleurs lancé dans une action de professionnalisation technique pour acquérir de nouvelles compétences sur le sujet, tant l’expérience a été enrichissante.

« Si je ne devais retenir que deux choses : premièrement, l’engagement sans faille du personnel médical quelles que soit les conditions matérielles et humaines à leur disposition. Ensuite,  la convivialité des relations, et le majestueux dîner partagé avec l’équipe soignante pour nous remercier ».

Découvrir le mécénat de compétences à l’international proposé par la Fondation

En savoir plus
Le solaire pour apporter de l’eau et plus de liberté

Les corvées d’eau des femmes et des fillettes dans les villages de Taldight et d’Iggou au Maroc, c’est fini ! En soutenant le projet de l’association Eau Soleil d’équipement en pompages solaires de villages particulièrement isolés au Maroc, la Fondation groupe EDF participe à favoriser l’accès à l’eau directement dans les foyers. Ahlam Ennouhi, salariée du groupe EDF au Maroc s’est engagée dans l’une de ces missions en apportant ses compétences techniques, mais aussi … sa vie de femme, sur le terrain.

De la magie des robinets

A près de 2000 m d’altitude, deux villages berbères isolés ont été choisis par l’association EauSoleil pour y installer un dispositif de pompage solaire. Chaque village était pourvu d’un point d’eau (un puits ou une source), mais pas de système de pompage, de canalisation ni de raccordement.

Taldighit, le premier village, avait déjà son puits, mais les fillettes de 4 à 17 ans devaient, à l’aide de cordes, de bidons et de seaux, remonter manuellement l’eau, plusieurs fois par jour, puis porter les bidons de 5 litres sur leur dos jusqu’aux maisons. Le deuxième village Iggou, encore plus isolé, à 3 ou 4 heures de marche plus loin, disposait quant à lui d’une source d’eau et c’est à dos de mulet que l’eau était ramenée au village.

Par son soutien, la Fondation a financé une pompe photovoltaïque fonctionnant au fil du soleil, raccordée au réservoir et à l’adduction d’eau qui va jusqu’aux maisons, construits avec l’association EauSoleil. La mise en place d’un mécénat de compétence avec la mobilisation d’une salariée du Groupe au Maroc, Ahlam Ennouhi, a permis de réceptionner le chantier malgré la limitation des déplacements due à la situation sanitaire de ce début 2021. Le chantier a duré 3 à 4 mois entre l’acheminement des matériaux (à dos de mulets pour Iggou !) et le raccordement final, une étape qui s’est clôturée sur le terrain tout début mars ! Pour Ahlam « c’est presque comme de la magie quand il suffit de tourner le robinet pour que l’eau arrive jusque chez soi ».

L’association EauSoleil

Depuis 2002, EauSoleil réalise des chantiers d’adduction d’eau par pompage solaire avec des jeunes de lycées professionnels. Chaque projet est mené en partenariat avec les autorités territoriales, les associations et les populations locales. L’idée est de promouvoir et développer l’énergie solaire dans les pays du Sud tout en amenant les jeunes à découvrir la solidarité internationale et les cultures locales.

S’engager pour répondre à un besoin concret

Le mécénat de compétences international existe depuis 2013 à la Fondation groupe EDF. Mais il n’avait encore jamais été proposé à des salariés d’entités du Groupe à l’étranger. La proposition a été faite début 2020 à EDF Maroc, qui a tout de suite accepté de tenter l’expérience.

Ahlam, responsable Développement Durable à EDF Renouvelables Maroc et chargée plus spécifiquement des aspects sociaux et environnementaux des projets développés sur le terrain, a trouvé tout naturel de s’engager et d’aider. Cela semblait être un peu une prolongation de son métier, même si tout est différent quand on répond à un besoin concret et « qu’on change la vie des gens »…

Ahlam est intervenue alors que le montage initial du projet par l’association devait se réaliser avec un lycée professionnel français et donner l’occasion aux élèves de venir en stage ou en alternance, au Maroc. La covid est passée par là et les étudiants n’ont pas pu se rendre sur place comme prévu, ni son binôme, Aurélien Alonso-Antequera, salarié de la centrale du Bugey, qui devait faire équipe avec elle.

« Il a fallu vérifier que les études faites correspondaient bien à ce qui était nécessaire, apporter son regard d’expert, puis finalement aller sur le terrain et aider concrètement à la mise en œuvre ». En une semaine, elle a suivi les deux chantiers sur son temps de travail, avec l’accord de sa hiérarchie. Une belle occasion de mettre en œuvre des moyens nouveaux pour que, par exemple, l’association puisse suivre le chantier sans se déplacer, photos à l’appui, pour orienter et organiser un chantier qui a finalement été « fluide, harmonieux, avec des échanges constructifs ». 

Au cours de ces 8 dernières années, Ahlam Ennouhi a souvent été sur le terrain avec EDF Renouvelables Maroc : elle élabore et met en œuvre des plans d’action sociaux en faveur des populations locales conformément aux engagements RSE du Groupe. Mais ici, dans cette région berbère du Maroc qu’elle ne connaissait pas et dont elle ne parlait pas la langue, l’expérience est particulièrement enrichissante. Heureuse de cette expérience humaine, Ahlam Ennouhi a été touchée de pouvoir changer concrètement le quotidien d’une population. « Avoir un impact visible, réel, qui se lit dans les sourires, sur les visages ! » Mais aussi la fierté de voir ces petites filles chargées d’une corvée inimaginable (qui pense encore qu’il faut tant de temps et d’efforts pour s’approvisionner en eau ? …) désormais libérées. « Elles auront plus de temps pour aller à l’école ».

Une femme sur le chantier,

Car si Ahlam a contribué concrètement à faire aboutir le projet et à faire couler l’eau grâce a de l’énergie solaire, elle a certainement aussi contribué à changer la façon de voir les choses… Elle raconte avoir vu dans le regard des femmes et des jeunes filles, qu’en effet, « une femme en jean, c’est beau ; qu’une femme qui travaille et qui s’assoie à table avec les hommes, c’est possible. Qu’une femme peut marcher loin, porter, visser et conduire un 4×4. « . En tant que femme, elle a eu accès aux autres femmes et a constaté qu’après les traditionnelles questions sur le fait d’être mariée ou non, sur ses études, la ville, sa carrière, les esprits s’assouplissent. Une petite fille notamment ne l’a pas quitté de la durée de la mission à Iggou, intéressée par tout, et à la fin… victoire !  Elle a été autorisée à manger à la table des hommes. Planter les graines d’un futur différent ne sera peut-être pas sans conséquence… Une femme qui serre les boulons, finalement, ça fait évoluer les esprits. Quoi qu’il en soit, Ahlam Ennouhi reste en contact.

S’engager pour répondre à un besoin concret

Aujourd’hui, c’est évidemment un motif de satisfaction que de savoir ces deux villages autonomes en électricité et en eau. Il y a pourtant d’autres villages alentour sans eau et il reste, beaucoup de choses à faire, pas uniquement dans le domaine de l’électrification, mais également de l’éducation.  Alors, Ahlam Ennouhi est prête à continuer à s’engager, elle est prête à repartir « sans hésitation parce qu’on découvre toujours de nouvelles cultures ». Et si du fait de son métier, elle a peut-être, plus que d’autres, l’habitude d’aller vers les populations, de s’adapter et de comprendre, elle estime « qu’on peut toujours aider, et qu’en tant que femme, on a accès aux femmes, ce qui est particulièrement riche pour faire évoluer la réalité sur le terrain. » Le message est clair, si la Fondation groupe EDF souhaite accompagner d’autres projets au Maroc, elle mettra toute son énergie à le faire et à trouver localement qui peut les accompagner !

Ils l’ont fait, ils vous racontent

 

« Toutes les compétences sont utiles »

La Fondation groupe EDF poursuit ses actions de mécénat à l’international et c’est en ces temps troublés par la pandémie de Covid-19 que Vincent DESMET, acheteur, a décidé de franchir le cap et de s’engager auprès de la Fondation. Un engagement qui l’a conduit à se rendre, en octobre dernier, au Togo pour une mission marathon.

Rien n’arrête la solidarité

« Nous ne disposions que de treize jours » explique-t-il. « Nous avons donc optimisé au mieux notre déplacement ». Car la mission, plutôt ambitieuse, s’était fixé un triple objectif : « le premier objectif était de rencontrer des associations et d’instruire de nouveaux dossiers. La Fondation groupe EDF n’agit en effet jamais seule et intervient toujours avec une association ». Vincent DESMET a pu rencontrer les représentants de Moi Jeu Tri et Appelle détresse ,  deux projets qui visent à améliorer, notamment via l’accès à l’électricité, la qualité de l’enseignement dans les régions rurales du Togo. Les deux projets soutenus par la Fondation au retour de mission  ont pour point commun la mise en place de stations de charge collective dans plusieurs écoles. Chaque station permettra la recharge simultanée de 40 lampes solaires qui pourront être fournies aux élèves afin qu’ils bénéficient d’un éclairage de qualité pour se déplacer le soir en sécurité et étudier à la maison.

Le deuxième objectif de la mission, et non des moindres, était de prendre contact avec des institutionnels pour leur présenter la Fondation et ses actions. « Nous avons pu rencontrer l’AT2ER (Agence Togolaise d’Electrification Rurale et des Energies Renouvelables) et le SCAC (Service de Coopération et d’Action Culturelle) de l’Ambassade de France au Togo ». Ces rencontres sont importantes car elles permettent à la Fondation groupe EDF de se faire connaître et de gagner en visibilité auprès du tissu associatif local.

Le dernier objectif consistait, malgré les difficultés, à se déplacer dans des villages reculés et aller visiter des projets d’électrification menés à leur terme pour identifier d’éventuels besoins complémentaires, notamment en matière de maintenance.

L’engagement concerne tout le monde

L’engagement de Vincent DESMET ne s’est pas fait sur un coup de tête, ayant eu chez EDF un parcours professionnel très varié (chef d’agence ingénierie travaux à la DEGS, détaché syndical à la création d’ENEDIS, acheteur pour l’EPR anglais…). Vincent avait pris contact avec la Fondation il y a déjà trois ans mais hésitait à franchir le pas ne se sentant pas suffisamment « technicien » pour pouvoir être utile sur le terrain : « J’ai une formation d’électrotechnicien mais je ne suis pas électricien à proprement parler. J’ai des compétences en management et en gestion de projet et j’avais du mal à imaginer ce que pourrait être mon apport à tel ou tel projet ».

Mais la mission que lui a proposée la Fondation (dans un premier temps, aller à la rencontre des associations sur le terrain pour aider la Fondation à instruire les dossiers) lui semblait dans ces cordes et une fois sur place, il a réalisé que sa contribution pouvait être beaucoup plus importante qu’il ne l’avait imaginé. « Je m’étais fait toute une montagne. Je pensais que je n’avais pas les compétences techniques requises. Sur le terrain, j’ai compris que je pouvais apporter une véritable plus-value ». L’expérience démontre en effet qu’il n’y a pas de compétences inutiles et que l’engagement solidaire concerne chacun.

 

Vincent DESMET est depuis rentré à Tours, mais son engagement se poursuit. Il a proposé de suivre les deux projets instruits au Togo et de les accompagner à leur terme. Et s’il s’adressait à ses collègues, il leur dirait clairement : « Engagez-vous ! Toutes les bonnes volontés et  compétences sont utiles, on a besoin de vous ! Ne vous mettez pas de freins inutiles »

Ils l’ont fait, ils vous racontent

 

 

Prix des e.n.g.a.g.é.e.s : à la rencontre de Camille, lauréate en 2019

A l’occasion de la nouvelle édition du Prix des e.n.g.a.g.é.e.s, rencontre avec Camille Marcel, engagée avec l’association Sompékids, qui a bénéficié en 2019 du soutien de la Fondation groupe EDF.

Sompékids développe, depuis plusieurs années, des projets d’électrification pour venir en aide aux habitants du village de Sompérékou au Bénin, à base d’énergie solaire. L’association s’appuie sur le soutien de la Fondation groupe EDF et d’une équipe soudée de quatre ingénieurs d’EDF Renouvelables. Nous avons rencontré l’une d’entre eux, Camille Marcel, engagée depuis quatre ans au sein de Sompékids.

Une équipe d’ingénieurs au service des enfants de Sompérékou

L’association Sompékids a été fondée en 1999 par Peter King pour venir en aide aux enfants de Sompérékou, village de près de 5 000 habitants situé au nord du Bénin. Fonctionnant sur un système de parrainage d’enfants, l’association développe de nombreux projets. Ses actions visaient, dans un premier temps, à parer à l’urgence scolaire en aidant au financement d’infrastructures éducatives. Depuis plusieurs années, Sompékids répond aussi à un autre besoin urgent : l’électrification. C’est dans ce cadre que Camille Marcel intervient avec l’association pour accompagner le déploiement de divers projets d’électrification de centres scolaires, centres de santé et marchés, grâce à des panneaux photovoltaïques.

« L’un de mes collègues chez EDF Renouvelables, Francis Audigier, était déjà engagé au sein de Sompekids depuis environ une dizaine d’années. Le voir agir, voir tout ce que son engagement apportait aux bénéficiaires, mais également à lui, personnellement, m’a donné envie de le rejoindre ». Camille Marcel rejoint ainsi les équipes de Sompékids en 2016. L’engagement est contagieux puisque deux autres de ses collègues d’EDF Renouvelables – Caroline Collet et Giacomo Lunazzi – ont également rejoint l’association formant ainsi une équipe de quatre ingénieurs spécialisés en énergies renouvelables, aux compétences similaires, mais complémentaires.

Un engagement personnel et professionnel

« Nous travaillons beaucoup depuis la France » explique Camille Marcel. « De nombreuses actions sont déployées à distance, notamment la logistique (achat et transport de matériels) et la recherche de financements et de dons. Mais nous sommes également amenés à nous déplacer au Bénin ; notre entité nous met alors à disposition de l’association, via le dispositif de mécénat de compétences à l’international de la Fondation groupe EDF ».

Camille Marcel s’est ainsi rendue deux fois au Bénin, début 2017 et début 2019, pour évaluer les besoins. « Chaque séjour dure deux semaines : une semaine dans le cadre du mécénat de compétences et une semaine prise sur les congés. Tout le travail que nous faisons depuis Paris est quant à lui réalisé hors temps de travail. Le fait que nous soyons aujourd’hui quatre collègues engagés dans l’association nous permet de mieux répartir la charge de travail en fonction de nos contraintes personnelles et professionnelles  ».

Le partage de moments forts

Plusieurs études ont montré que l’engagement associatif apporte du bien-être à ceux qui en font l’expérience. Il est toujours une plus-value, sur le plan personnel, comme sur le plan professionnel. « Travailler dans un contexte multiculturel m’a beaucoup apporté. Sur le plan professionnel, mon engagement auprès de Sompékids m’a permis d’élargir le champ de mes compétences en suivant des projets dans toutes leurs étapes de concrétisation, de la phase amont jusqu’au suivi post-installation. Sur le plan personnel, mon engagement m’a permis de créer des liens précieux, de partager des moments forts, aussi bien avec les bénéficiaires qu’avec les bénévoles, en France et sur place. J’ai reçu une lettre écrite par une des élèves que j’avais rencontrée lors de mon premier séjour au Bénin et qui se remémorait un fabuleux dîner que nous avions improvisé pour les enfants ». Autant de moments qui comptent et laissent des souvenirs inoubliables.

L’engagement de Camille Marcel et de ses collègues n’est pas prêt de faiblir. « Nous avons sollicité le service informatique d’EDF Renouvelables pour qu’il fasse don à l’association d’ordinateurs inutilisés. Nous avons pu ainsi récupérer une trentaine d’ordinateurs avec l’objectif de créer une salle informatique ». Les besoins sont nombreux et Sompékids a encore beaucoup d’actions à déployer, notamment des projets de forages et de pompes solaires pour assurer l’accès à l’eau des villages les plus isolés. Soyez assurés que notre équipe de choc sera au rendez-vous ».

Un soutien de la Fondation

La participation aux prix Ghood en 2019 (ancien nom du Prix des e.n.g.a.g.é.e.s de la Fondation qui récompense les associations dans lesquelles les salariés se mobilisent) a permis à Camille Marcel de partager son enthousiasme pour une cause qui lui est devenue très chère. « J’ai rencontré beaucoup de salariés curieux qui m’ont fait part de leur propre envie de s’engager dans une association. Plusieurs collègues, eux-mêmes engagés au sein d’une association, m’ont contactée afin que nous puissions échanger sur nos expériences respectives » .

Vous êtes salarié.e du Groupe EDF et votre association vous tient à cœur ?

Pour tout savoir et candidater, rendez-vous sur www.leprixdesengageesfondation.edf.com !

Et vous, quel salarié engagé êtes-vous ?

DÉCOUVREZ L'ENSEMBLE DES OFFRES

Vous souhaitez vous aventurer hors des sentiers balisés ?

Contactez-nous à engageonsnosenergies@edf.fr pour nous présenter votre projet ou demander un accompagnement
Nous contacter

Restez informé des actualités de la Fondation groupe EDF